Ouessant, l'île aux 5 phares, dévoile ses mystères : ses lumières dans la nuit!

Située franchement à l'ouest, Ouessant est au croisement de grandes routes maritimes. Elle a été témoin de nombreuses batailles navales, de naufrages de nombreux gros bateaux. L'île a été néanmoins la première victime des arrivées de mazout lors des marées noires. Elle est entourée de 5 phares!

Nous avons tous en tête les dictons "Qui voit Molène, voit sa peine" et "Qui voit Ouessant ,voit son sang" Ces dictons illustrent le danger qui a toujours existé dans cette zone exposée aux courants puissants et aux vents fréquents et souvent violents, c'est la rencontre entre mer et océan.

Situation géographique : Ouessant est séparée de 20 km de la côte du Finistère. Elle est également séparée de l'archipel de Molène par le passage du Fromveur, un froid et puissant courant marin allant jusqu'à 10 nœuds (presque 20 km/h) résultant d'une faille locale de 60m de profondeur. Un dispositif a été mis en place pour limiter les échouages et collisions de navire en séparant les trafics et en éloignant les couloirs de circulation maritime de la côte. Ce dispositif est dénommé le rail d'Ouessant, il passe au nord ouest de l'île.

A l'est : le phare du stiff et sa tour radar. A l'ouest, du nord au sud, le phare du Creac'h, le Nividic et la jument. Enfin, entre Ouessant et Molène, le phare du Kéréon. Deux phares sur les terres ouessantines et trois en mer. 

Le phare du Créac'hallumé en 1863, électrifié en 1888. Il est identifiable par ses bandes noires et blanches. Il est sur terre; c'est le deuxième phare le plus puissant du monde, il est haut de 54m sur une falaise de 74m et a une portée de 32 miles. Il guide les navires dans le rail d'Ouessant et signale l'entrée de la manche. Tous les phares de l'île sont télécommandés à partir du Créac'h. Son code la nuit est deux éclats blancs toutes les 10 s. 50 000 bateaux par an croisent le large d'Ouessant. L'ancienne salle des machines a été transformée en musée, le musée des phares et balises très intéressant à visiter.

Le phare du Nividic : sa construction a débuté en 1912, a gagné son statut de phare car il permet, du haut de ses 36 m un peu avancé en mer, aux navires de bien déborder les récifs dangereux qu'ils l'entourent. Il a une portée de 10 miles avec 9 éclats blancs en 10s.

Le phare de la Jument : rappelez vous la célèbre photo: "un gardien de phare surpris par le bruit de l'hélicoptère couvrant le bruit d'une déferlante; il ouvre sa porte, au même moment une déferlante s'écrase derrière la porte côté large!" Construit en 1904, il est ancré sur un rocher en mer car à 4 câbles sous tension. Il a une portée de 21 miles, il a 3 éclats rouges toutes les 15 secondes.

Le phare du Kéréon : à 3km du sud est de l'île dans le passage du Fromveur (qui signifie grande frayeur). Il a été longtemps habité par des gardiens de phare, il a été surnommé "le palace "grâce à son plancher en marqueterie que les gardiens parcouraient avec des patins. 

Le phare du Stiff : construit sur le point culminant de l'île en 1695 sous Vauban, il a été allumé en 1700.  Il a une hauteur de 33m qui surplombe 90m de falaise. Il a une portée de 24miles. Au début il fallait deux hommes toutes les nuits, je vous laisse imaginer la quantité de bois nécessaire et le coût de tout cela car il n'y a pas d'arbres sur cette île. Au début du vingtième siècle, il a reçu un appareil optique. A ses côtés, une immense tour radar mise en service en 1982 suite entre autres du naufrage de l'Amoco-Cadiz en 1978. 

L'abeille bourbon : c'est le super bateau des sauveteurs en mer. En cas de météo tranquille, il est en vigilance dans le port de Brest. Dès qu'un avis de coup de vent s'annonce, il se poste en veille avec son équipage sur site sous le phare du stiff à la pointe Est prête à intervenir.

1mile: 1,852km   -  1 nœud: 1mile/h