Un éventail de couleurs, une sorte de fleur délicate qui se cache réellement sous le doux nom de sabelle?

Rencontre:  c'est en plongée en apnée sur un fond sableux que j'ai fait ma première rencontre avec la sabelle. Il y a avait des herbiers comme une sorte de pelouse sous marine parsemée de sortes de fleurs blanc argenté à violette voire bleutée. Avec les rayons du soleil qui filtrait de la surface, c'était tout simplement magique. A force de me balader sous l'eau à leur rencontre, je me suis rendue compte que certaines de ces fleurs disparaissaient en une fraction de seconde laissant apparaître à leur place une sorte de tube creux.... Alors, tour de magie? ivresse des profondeurs?

Une révélation : en potassant des livres et en demandant aux plongeurs plus savants que moi, j'ai appris que cette délicate fleur était en vérité un ver. Et oui ,un ver qui, pour moi, n'est pas le summum du glamour! Ceci dit, j'ai appris que ce ver avait plus d'un tour dans son sac! 

La vérité : le ver fabrique lui-même un tube avec du calcaire, ue sable ou même d'autres matériaux fabriqués par le ver lui-même. Le corps mou de l'animal vit protégé dans ce tube. Le ver est fixé à son substrat : sable, vase, roche. Le ver est sédentaire, une fois fixé, c'est pour la vie! Pour se nourrir, il déploie sa couronne tentaculaire constituée en panaches : c'est en fait sa façon de respirer et de se nourrir. Toutes ces tentacules sont des sortes de branchies hypertrophiées qui capturent l'oxygène. Encore plus subtil, cette couronne de tentacules est recouverte d'un fin mucus et avec de petits cils s'ouvrant sur une bouche. Les cils créent un courant d'eau qui permettent d'amener les particules alimentaires en suspension dans l'eau vers la bouche: la sabelle se nourrit de plancton. 

Un moyen de défense : une vibration dans l'eau, un mouvement suspect, un changement de lumière.... en un éclair notre bel éventail disparaît dans son tube. Mais patience pour le plongeur bouteille qui ne bouge plus et reste patient, la couronne de tentacules ressortira timidement quelques minutes plus tard, le danger passé!