Une petite oie qui nous vient du grand froid et qui nous fait l'honneur de passer l'hiver "au chaud" en terre bretonne.

Tous ceux qui ont fait une balade dans la lagune des Sables d'or ont sans doute croisé sa silhouette massive et sobre. Elles sont immobiles en groupe dans le vent en bord de mer ou en vol rase motte souvent en long ruban qui ondulent joliment dans le ciel : ce sont des bernaches cravant. Pendant le mois de mars, elles nous ont quittées, regagnant des contrées plus au nord, un long voyage.

Portait :  le cou, le bec et la tête sont noirs, sauf les joues et la gorge qui sont blanches. La queue, le croupion et le bas ventre sont blancs et le resteny du corps brun gris. Le bec est noir. Elle a des pattes noires et palmées; c'est d'ailleurs une très bonne nageuse. Elle est végétarienne et se nourrit d'algues, mousses et semis de céréales. Les œufs et les jeunes sont la proie dans le grand nord du renard arctique. Chez nous, ses principaux ennemis sont les goélands, les mouettes et les corbeaux.

Quelques chiffres : la bernache mesure de 75 à 110 cm de longueur, 120 à 180 cm d'envergure. Son bec varie de 4 à 7 cm. Elle peut peser entre 3 à 7 kg.

Un bien long voyage : dès mars elles vont nous quitter et reprendre la route vers la toundra de la Sibérie, le Canada, le Groenland, vers le froid où elle se reproduiront. Leur vol est rapide et puissant; elles se déplacent en groupe, un escadron en forme de V: ainsi les oiseaux en première ligne offrent une protection aux bernaches placées derrière qui fournissent moins d'efforts. Lorsque les premières sont fatiguées, les autres prennent le relai.

Un nid douillet : elle s'accouple au cours de la deuxième année de sa vie. Elle construit son nid à même le sol près de l'eau avec des végétaux et tapissé de duvet. Elle passe plus de temps à ce moment là sur terre que dans l'eau.Le couple restera fidèle à vie. 5 à 7 œufs sont gardés par la femelle. 6 à 9 semaines après l'éclosion, les oisillons sont prêts à s'envoler en famille. Les jeunes s'envoleront avec leurs parents et ne s'en sépareront qu'à leur retour dans la zone de nidification, au printemps suivant.

Pour la petite histoire : le 15 janvier 2009, un vol de bernache du Canada a heurté  le vol 1549 qui quittait l'aéroport de New York, et  l'a contraint à amerrir sur l'Hudson.