En décembre dernier, depuis le début des tempêtes en série qui se sont succédées cet hiver, on a observé des échouages de dauphins sur nos côtes.

Et bien oui des questions se posent : réchauffement climatique, erreur du sonar de ses dauphins, pollution? les news de la mer mènent l'enquête. 

Les faits :

Découvert, sur la plage de caroual, un dauphin mort le 20 décembre, une blessure au crane.

En décembre également, découverte un matin sur le passage du goulet , entre Caroual et la plage du bourg, d' un jeune dauphin encore vivant. Un photographe, auteur de la découverte, a prévenu les pompiers qui sont venus en zodiac avec un brancard et qui ont amené l'animal au large. Une heureuse fin donc!

Les vents puissants, les forts coefficients de marées, la marée descendante ont été les facteurs communs de ces découvertes. Il y en a eu d'autres dans le département et plus généralement en Bretagne.

Pourquoi ses échouages? Un dauphin, égaré, désorienté, malade, blessé peut se retrouver échoué. De même un petit, à peine sevré, séparé depuis peu de sa mère peut s'échouer par manque d'expérience. Bien sûr, il y a aussi le facteur humain qui peut jouer: collision avec un bateau ou bien emmêlement dans les engins de pêche. Les scientifiques ont également constaté que les dauphins sont des animaux beaucoup plus adaptés à la pleine mer et donc quelques fois perturbés lorsqu'ils s'aventurent près des côtes, par exemple lors d'une fuite pour échapper à un prédateur, ou arrivant dans une baie peu profonde, il perd ses repères.

Cas particuliers des échouages collectifs : ce phénomène touche uniquement les cétacés. Comme les humains, les baleines et dauphins sont des animaux sociaux. De ce fait, cette caractéristique, si précieuse pour la vie en mer, peut malheureusement engendrer un échouage collectif: un dauphin se retrouve dans une eau peu profonde, et peut être poussé par une vague à s'échouer et les autres, malheureusement, suivent.

En cas de découverte : bien sûr qu'il soit vivant ou mort, on ne touche pas l'animal, il peut être porteur de bactéries. On peut prévenir les pompiers ou la mairie. On peut aussi prendre des photos qui seront utiles pour identifier l'animal. Les gardes de la réserve naturelle de la baie de St-Brieuc sont les correspondants locaux du réseau national d'échouage (RNE). Ces correspondants locaux interviennent une dizaine de fois chaque année pour des échouages, surtout l'hiver après les tempêtes. Les gardes de la réserve prennent en note les circonstances précises des échouages, lieux, heures, marée, les photographies prises seront transmises dans un premier temps au centre Océanopolis à Brest puis à La Rochelle où s'effectue le suivi des échouages.

Pour les curieux, quelques liens : l'association Al Lark est sur Cancale , 50 rue pierre et Marie Curie - www.al-lark.org 

Cette association étudie les cétacés et permet de faire découvrir dans la baie du mont St Michel le milieu marin. Elle propose des sorties en mer découverte des dauphins.i