24 novembre 2018

Samedi 24 novembre 2018, une quinzaine d'Amapiens étaient en visite à la ferme de Quirouet chez Marie, Hervé et François Talbourdet.

Hervé et François ont pris la suite de leurs parents, ils sont en GAEC depuis 2001. La ferme est depuis 1880 dans la famille! Ils sont en bio depuis 2003. Marie s'est associée en 2014.

Des chiffres : avant, nous avions des vaches laitières et nous transformions leur lait. En 2012, on a acheté des brebis et en 2013, on a vendu nos vaches.Nous avons 50 hectares, la moitié en herbe pour nos 126 brebis et 16 agnelles (futures brebis laitières) pour l'instant et l'autre moitié en culture pour la farine et l'huile. Içi, pas de collecte de lait, tout est transformé. Une brebis produit environ 200 litres de lait par an (sur les 6 mois que dure la lactation). 

Autonomie : nous essayons de fonctionner en autonomie dans notre ferme. Les brebis sont autonomes pour l'alimentation. On leur achète juste un peu de luzerne et de blé. L'huile et le blé que nous produisons donne des déchets (considérés comme des co-produits): l'huile le tourteau et le blé donne le son; ces deux produits sont très riches en protéines et nous les donnons à nos brebis pour enrichir leur ration afin qu'elles produisent assez de lait. Leur alimentation est enrichie principalement avant la mise bas et au début de la lactation.Entre deux cultures de céréales, on met un couvert végétal qui servira à nourrir les brebis. 

Agnelage : c'est la pleine période actuellement, on attend jusqu'à la fin décembre une centaine d'agnelage. C'est une surveillance de tous les instants même si nous n'intervenons que rarement lors de la mise bas. Cette année, on a fait faire à nos brebis des échographies pour ensuite les mettre dans l'ordre des agnelages dans le temps, même si on a eu des surprises; cela permet une meilleure surveillance et une meilleure gestion de l'alimentation. Pour nous, chaque brebis doit avoir un agneau pour qu'elle continue à produire du lait. 

Renouvellement du troupeau : on gardera 30 agneaux pour renouveler le troupeau. Les brebis qui ont des soucis de mamelles, qui boitent ou ont plus de 5 ans sont renouvelées. Une brebis peut avoir des agneaux dès l'âge de 2 ans. 

Le choix d'une seule traite : c'est un choix et cela se passe bien. Les brebis l'ont bien supporté. Et pour nous c'est plus économique: avant le lait du soir était mis au frais pour être réchauffé le matin, alors que maintenant la traite est directement chauffée pour être transformée. Le matin, nous transformons le lait en yaourt et riz au lait, le reste du lait en fromage. C'est vrai que les brebis sur une seule traite donnent moins de lait mais on s'y retrouve en cout et qualité de travail pour nous. 

Les fromage s: la tome et le bleu marchent bien. On va arrêter le verdelet qui était un mixte brebis-vache car on ne peut pas contrôler la production de vache qui nous vient de Claire et Yann. On travaille à un nouveau fromage qui sera plus long à affiner (6 mois), découverte fin janvier! 

Production de farine : nous produisons du blé noir, du blés, des lentilles et de l'orge. Le colza n'a pas bien marché cette année. 

Les ruches de Marie : très peu de miel cette année. Nous sommes victimes de la prolifération des frelons asiatiques qui tuent les abeilles. On a même un nid chez nous (détruit à ce jour). On trouve ces nids partout même dans la terre. Il y a dans le nid une centaine de futures reines qui assureront la reproduction, alors, même si on détruit le nid, il suffit d'une seule reine pour que les frelons prolifèrent au printemps suivant. De plus, les abeilles sont fragilisées par les pesticides.

Et comme dans toutes les belles histoires, l'après midi s'est conclue par un gouter convivial: gâteaux concoctés par nos amapiens et fromage de Quinrouet offert par nos hôtes, un GRAND merci à tous!